Europe : Que reproche t’on à l’abattage rituel ?


DECRYPTAGE :

l’ONG One Voice considère que tout abattage d’animaux, dans les abattoirs, entraîne de la souffrance.

One Voice est opposée à l’abattage rituel lorsque celui-ci implique l’égorgement d’animaux pleinement conscients, en raison des graves douleurs que ressentent des animaux non étourdis quand ils sont égorgés et en raison de la période prolongée qui sépare l’égorgement de la perte de réaction cérébrale, une période pendant laquelle les animaux connaissent l’angoisse, la peur, une douleur extrême et le stress. One Voice considère que tout animal doit être étourdi avant l’abattage et demande à la France et à l’Union européenne de mettre fin aux exemptions légales qui autorisent l’abattage rituel sans étourdissement préalable.

One Voice s’inquiète du fait qu’une partie significative de la viande des animaux abattus sans étourdissement préalable pour les boucheries juives et musulmanes, au lieu d’être effectivement destinée à ce marché, soit finalement écoulée sur le marché global de la viande. One Voice considère que le consommateur doit avoir le droit de choisir s’il désire ou non acheter de la viande d’animaux tués sans étourdissement préalable, et milite pour que la méthode d’abattage soit clairement indiquée sur tous les produits carnés provenant d’animaux abattus de façon rituelle.

Les exemptions légales en faveur de l’abattage rituel
Dans les pays de l’Union européenne, c’est la Directive 93/119/CEE du Conseil qui définit les normes en matière d’abattage. En règle générale, selon cette Directive, il faut veiller à épargner aux animaux ‘toute excitation, douleur ou souffrance évitable pendant l’acheminement, l’hébergement, l’immobilisation, l’étourdissement, l’abattage et la mise à mort’ et il est obligatoire ‘d’étourdir les animaux avant abattage ou de les mettre à mort instantanément’.

Toutefois, lorsque les animaux sont abattus en vue d’approvisionner le marché des boucheries musulmanes et juives, il est permis de les abattre en les égorgeant sans étourdissement préalable. Les animaux restent alors pleinement conscients et sensibles à la douleur, à la peur, à la souffrance et au stress.

L’enquête de One Voice sur l’abattage halal
En 2009, un rapport d’enquête de One Voice a révélé la réalité de la souffrance de quelques-uns des animaux tués pour produire de la viande halal. D’après la tradition musulmane, les animaux doivent être traités avec égards avant d’être abattus et doivent être calmés en récitant une prière avant de les égorger en sectionnant les principales artères du cou. Or, en visitant cinq abattoirs pratiquant l’abattage halal sans étourdissement préalable, les enquêteurs de One Voice ont vu un certain nombre d’employés faire preuve d’un manque visible de respect et de compassion envers les animaux. Les animaux étaient traités avec cruauté, ils étaient effrayés et stressés pendant les opérations et dans certains cas, on leur sciait la gorge au lieu de la trancher. Les enquêteurs ont vu des moutons qui essayaient de s’enfuir alors qu’ils avaient la gorge tranchée et ils ont filmé des poulets qui étaient ébouillantés alors qu’ils étaient encore vivants. Ils ont bel et bien entendu les cris des animaux qui agonisaient, mais dans bien des cas, ils n’ont entendu aucune prière.

Douleur et terreur

Les conséquences terrifiantes pour les animaux d’un égorgement sans étourdissement préalable sont expliquées dans un rapport publié en 2003 par le Farm Animal Welfare Council (FAWC), organisme consultatif britannique indépendant constitué de vétérinaires, de zoologues, de chercheurs et de spécialistes de la protection des animaux: « Quand une incision transversale très large est pratiquée au cou, divers tissus vitaux sont sectionnés: peau, muscles, trachée, œsophage, artères carotides, veines jugulaires, principaux faisceaux nerveux (p.ex. nerfs vagues et nerfs phréniques) ainsi que divers nerfs de moindre importance. Une incision aussi importante entraîne inévitablement une rupture d’information sensorielle vers le cerveau chez un animal sensible (conscient). Nous sommes persuadés qu’une blessure aussi considérable entraîne une douleur et un stress très importants pendant le laps de temps qui précède l’insensibilité. »  Le FAWC a demandé l’interdiction de l’abattage rituel sans étourdissement préalable et Judy MacArthur Clark, qui en était alors la présidente, a déclaré: « Il s’agit d’une incision importante dans le corps de l’animal et dire qu’il ne souffre pas est tout à fait ridicul ».

Ceux qui défendent l’abattage rituel affirment que ces méthodes d’abattage provoquent une hémorragie rapide au niveau du cerveau et que l’animal perd conscience très rapidement et ne souffre pas. Or, le FAWC publie les résultats de recherches relatives au temps au bout duquel les animaux deviennent insensibles :

– Une vache ou un bœuf peut mettre 22 à 40 secondes à devenir insensible, et ce temps peut s’allonger si l’afflux de sang provenant des artères carotides sectionnées s’interromp

– Un veau ou une génisse met 10 à 120 secondes à devenir insensible une fois égorgé

– Un mouton devient insensible au bout de 5 à 7 secondes

– Une chèvre devient insensible au bout de 3 à 7 secondes

D’autres études de référence indiquent des temps plus longs, les moutons ne devenant insensibles qu’au bout de 14 secondes quand les deux artères carotides sont sectionnées, mais ce temps s’allongeant jusqu’à 70 secondes quand une seule carotide est sectionnée et jusqu’à 5 minutes quand aucune des deux artères carotides n’est sectionnée.

L’Autorité européenne de sécurité des aliments

En 2004, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a émis un avis pour la Commission  européenne, publié dans un Rapport et dans un Avis, selon lequel “en raison des graves problèmes de bien-être animal liés à l’abattage sans étourdissement, un étourdissement doit toujours être réalisé avant l’égorgement”. On retrouve dans le rapport de l’EFSA les problèmes soulevés par la FAWC, à savoir le risque élevé que les animaux ressentent une douleur extrême au moment de l’égorgement et la forte probabilité de graves manquements à la protection des animaux au moment où l’animal est toujours conscient alors qu’on lui a tranché la gorge, sachant qu’il peut éprouver l’angoisse, la douleur, le stress et d’autres souffrances.

Selon l’avis de l’EFSA, “des coups destinés à provoquer une saignée rapide engendrent d’importantes destructions de tissus dans des zones fortement innervées. La baisse de tension rapide qui suit l’hémorragie est nettement ressentie par l’animal conscient et entraîne terreur et panique. L’animal, conscient, souffre aussi quand son sang se répand dans sa trachée. En l’absence d’étourdissement, le temps entre la section des principaux vaisseaux sanguins et l’insensibilité, compte tenu du fonctionnement du système nerveux et de la réaction cérébrale, peut atteindre 20 secondes chez le mouton, 25 secondes chez le porc, 2 minutes chez les bovins, 2½  minutes ou davantage chez les poulets et parfois jusqu’à 15 minutes voire davantage chez les poissons”.

L’abattage rituel en France
En 2007, environ 917 millions de volailles, 25 millions de porcs, 8 millions de moutons, 5 millions de bovins, 1 million de caprins et 17 000 chevaux ont été abattus dans les abattoirs français, selon des méthodes d’abattage conventionnelles avec étourdissement préalable dans la majorité des cas. Il n’existe pas de statistiques officielles concernant le nombre d’animaux abattus sans étourdissement préalable, mais l’Oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoir (OABA) signale qu’une enquête portant sur 225 des 320 abattoirs soumis au contrôle des services vétérinaires a révélé qu’en 2006 et 2007, 118 abattoirs ont pratiqué des abattages rituels (israélites et musulmans) sur une échelle considérable. Dans ces 118 abattoirs:

Gregory N.G. et Wotton S.B., 1984. Sheep slaughtering procedures. 11. Time to loss of brain responsiveness after exsanguination or cardiac arrest. British Veterinary Journal 140: 354-360.

Rapport du Groupe scientifique sur la santé et le bien-être des animaux rédigé à la la demande de la Commission concernant les aspects de bien-être des méthodes d’étourdissement et de mise à mort des animaux. Autorité européenne de sécurité des aliments -AHAW/04-027.

Avis du Groupe scientifique sur la santé et le bien-être des animaux, émis à la demande de la Commission concernant les aspects de bien-être des principaux systèmes d’étourdissement et de mise à mort appliqués aux espèces commercialisées. The EFSA Journal (2004), 45, 1-29.

– 28 % des gros bovins y sont abattus rituellement (dont 89 % sans étourdissement préalable) ;

– 43 % des veaux y sont abattus rituellement (dont 93 % sans étourdissement préalable) ;

– 62% des ovins et caprins y sont abattus rituellement (dont 88 % sans étourdissement préalable).

La nécessité d’un étiquetage
One Voice se rend compte qu’une quantité importante de viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement préalable se retrouve dans la filière principale du marché. L’information sur les quantités exactes de viande concernées est difficile à obtenir. Au Royaume-Uni, on estime que seulement le tiers environ de la quantité de viande provenant d’animaux abattus selon le rite juif est écoulée dans les magasins cachère, sachant que la consommation de certaines parties de l’arrère-train de l’animal, à savoir veines, nerfs lymphatiques et sciatiques et leurs ramifications, est interdite par la loi juive.

One Voice considère que la viande provenant d’animaux abattus sans étourdissement préalable pour les marchés de la viande cachère et de la viande halal devrait être clairement étiquetée de telle sorte que le consommateur puisse choisir de l’acheter ou non en connaissance de cause.

Le besoin urgent d’un réexamen de l’abattage rituel

En dépit des preuves irréfutables apportées par les communautés juive sur le mode d’abattage rituel, One Voice considère qu’il est nécessaire que les communautés juive et musulmane réexaminent d’urgence leurs pratiques en matière d’abattage. Des observations scientifiques militent en faveur de l’interdiction de tout abattage sans étourdissement préalable, pour des raisons de protection des animaux. Comme le déclare la Fédération des vétérinaires d’Europe, ‘(…) du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances’.

…du point de vue de la protection des animaux et par respect pour l’animal en tant qu’être sensible, la pratique consistant à abattre les animaux sans étourdissement préalable est inacceptable, quelles que soient les circonstances.’

Fédération des vétérinaires d’Europe, 2006.

Dans les abattoirs halal qu’ils ont visités, les enquêteurs de One Voice ont constaté que le comportement de certains employés était dénué de toute trace de compassion, d’attention et de pitié. Un des employés a crié « Ta gueule » à un mouton qui bêlait alors que le sang jaillissait de son cou. Un autre employé, tout en riant, a crié à un mouton qui essayait de s’enfuir alors qu’il avait la gorge tranchée: « Arrête, arrête, tu te fais du mal pour rien ».

La souffrance des moutons

Bill Swann BVM&S MRCVS FRSA, un éminent vétérinaire britannique et spécialiste en matière d’abattage, a visionné les séquences vidéo d’abattage halal de moutons filmées en 2008 par les enquêteurs de One Voice:

Lettre d’information de l’OABA, 2e semestre 2008

‘On voit des moutons chargés dans un box d’abattage, et il n’y a pas d’étourdissement préalable. Une fois que son cou a été sectionné, le mouton est retiré du box et empilé sur un tas formé par 8 à 10 carcasses d’animaux déjà abattus. Le coup de couteau est en partie caché mais à deux reprises, on peut voir qu’il est donné avec un mouvement de sciage. Les images montrent un mouton qui se traîne sur le sol après avoir été égorgé. On voit un deuxième mouton se relever et courir hors du champ de la caméra après avoir été tiré hors du box. À l’endroit où les moutons sont abattus, le sang coule à flot sur le sol. Rien n’indique qu’il y ait une prière avant l’abattage.

‘On peut voir les animaux abattus entravés et accrochés à une rampe avant qu’ils aient fini de saigner (…) Certains moutons continuent de bouger sur la rampe jusqu’au point de découpe.’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Wine Musings Blog

Musings and comments on the world of Kosher wine

opinion juive magazine

LE MEDIA JUIF INDEPENDANT

UNICONSOCACHERE

UNION DES CONSOMMATEURS CACHER DE FRANCE

Theme Showcase

Find the perfect theme for your blog.

Fig Jam and Lime Cordial

Living well in the urban village

Putney Farm

Get some good food. Cook it. Share with friends. Have a cocktail.

%d blogueurs aiment cette page :