Paléobiotique – Marion Kaplan


LIVRE

LE MICROBIOTE, UN ORGANE MECONNU

Le microbiote est le nouveau nom de la flore intestinale dont on sait désormais qu’elle ne se limite pas aux intestins et qu’elle forme un organe à part entière
(un 2e cerveau ?). Détails.

Le microbiote est constitué de cent mille milliards de micro-organismes non humains, tels que bactéries et « microbes » (des levures, des moisissures, des virus, etc.), dont la majorité vit confortablement dans l’intestin et les autres dans la bouche, les voies nasales et les poumons, sur la peau … C’est une communauté vivante complexe, qui s’entretient et prospère tout en travaillant à l’équilibre du métabolisme. Le microbiote est unique et n’a jamais la même composition d’une personne à une autre. Il pèse entre 1.5 et 2 kg, à peu près l’équivalent du cerveau.

Un levier crucial pour rester en bonne santé

Le microbiote est le chef d’orchestre du corps : s’il est équilibré, tout est harmonieux, s’il va mal, c’est la cacophonie. Un microbiote mal en point sera responsable d’une prise de poids excessive, d’un diabète, de baisses de l’acuité intellectuelle (concentration, mémoire…), d’un vieillissement prématuré, d’un épuisement des glandes surrénales à cause d’un surplus de stress, de fermentation intestinale et autres soucis digestifs, de maladies inflammatoires, etc.

Prendre soin de son microbiote 

Marion Kaplan, bionutritionniste, a forgé un nouveau concept, la paléobiotique, pour réduire définitivement au silence ses maladies (parmi lesquelles la maladie de Crohn, les migraines et problèmes digestifs). « Paléo » comme l’alimentation de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs, celle à laquelle nos gènes sont encore adaptés, n’ayant pas eu le temps d’évoluer aussi vite que notre alimentation depuis l’essor de l’agriculture. « Biotique » pour microbiote. Pour préserver ou rétablir l’équilibre de son microbiote, et donc notre santé, il faut, selon Marion Kaplan, commencer par manger à nouveau des aliments qui n’agressent pas le corps : biologiques, de saison, non raffinés, non industriels, issus d’animaux élevés au grand air, bien nourris et abattus de manière responsable,exempts d’allergènes (lactose, gluten, etc.). Les légumes doivent représenter environ 70% de notre apport alimentaire. Les fruits et les céréales sans gluten doivent être consommés avec parcimonie et les protéines animales bien choisies.

Sa méthode comporte 3 phases. Une initiale, de détox, une d’adaptation et une de tolérance (qui dure toute la vie). Etes-vous prêt à essayer ?

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

opinion juive magazine

LE MEDIA JUIF INDEPENDANT

UNICONSOCACHERE

UNION DES CONSOMMATEURS CACHER DE FRANCE

Theme Showcase

Find the perfect theme for your blog.

Fig Jam and Lime Cordial

Living well in the urban village

Putney Farm

Get some good food. Cook it. Share with friends. Have a cocktail.

%d blogueurs aiment cette page :