Kellogg’s corn flakes : « un concentré de bienfaits »… sans rire ?


Kellogg’s corn flakes

Pourquoi les corn flakes de Kellogg’s sont plutôt un « concentré de méfaits nutritionnels ».

«Un concentré de bienfaits nutritionnels. » C’est ainsi que Kellogg’s décrit – avec modestie et retenue – ses corn flakes, sur des boîtes surdimensionnées maculées de slogans et de logos multicolores. Bien, mais où sont les preuves ?

Les voici : les corn flakes de Kellogg’s, sont « riches en glucides complexes », « avec une teneur modérée en sucre, moins de 1% de matière grasse, 6 vitamines et du fer. » Et voilà comment les messages nutritionnels officiels anti-graisses et anti-sucres aboutissent comme on l’avait prédit, à parer de toutes les vertus des pseudo-aliments qui sont accueillis par vos cellules avec autant d’enthousiasme que le phylloxera par les plants de vigne du Minervois.

Les corn flakes ont assuré la fortune de John Harvey et Will Kellogg, les deux frères fondateurs de la dynastie et de la multinationale qui portent leur nom. Dans les années 1890, ces deux Adventistes un brin allumés ont fait une découverte fabuleuse pour leur compte en banque, mais catastrophique pour la glycémie et le pancréas des habitants de la planète : les céréales peuvent être floconnées. Il suffit de les chauffer à la vapeur et de les faire passer dans de gros rouleaux d’acier. Moyennant quoi l’index glycèmique des corn flakes, qui caracole gaillardement au-dessus des 80, augmente, petit déjeuner après petit déjeuner, les risques de résistance à l’insuline, de surpoids et selon plusieurs études, de diabète. (1)

Chez Kellogg’s, où on a de l’humour, on appelle ça « le plein de glucides, la bonne énergie indispensable aux muscles et au cerveau ! ».

Quand on consulte le catalogue des horreurs que les deux frères Kellogg administraient aux riches clients de leur sanitarium de Battle Creek, dans le Michigan – multiples lavements quotidiens, draps de lit trempés dans l’eau glacée, bains dans un bassin électrifié – on réalise que les corn flakes ne déparent pas. Rien que du bon ! Hélas pour l’humanité, les frères Kellogg n’ont été ni arrêtés par les autorités de l’Etat du Michigan, ni abattus par une cliente hypothyroïdienne à la suite d’une nuit passée dans l’eau glacée.

Comme il y a quand même une justice, leurs lavements et autres électrocutions thérapeutiques sont passés à la poubelle de l’histoire de la médecine. Tous sauf un. Plus d’un siècle plus tard, les corn flakes bénéficient d’une charte signée avec le Programme national nutrition santé, récoltent un bon score avec le nouvel étiquetage coloriel, et sont distingués par le journal 60 millions de consommateurs. La famille Kellogg peut dire merci aux nutritionnistes et à l’ensemble des experts de la politique nutritionnelle française, qui a réussi à faire croire à la population que tout produit céréalier qui n’était ni gras ni sucré, comme les corn flakes, est bon pour la santé.

Pour ajouter à notre bonheur, un bol de corn flakes est enrichi en fer, dont la plus grande partie d’entre nous, enfants compris n’a nul besoin. Méconnue du grand public, la surcharge en fer, liée notamment à la consommation de céréales enrichies représente probablement un problème plus sérieux que le manque de fer (2). Un excès de fer a notamment été associé à un risque plus élevé d’infarctus et de cancers. (3)

Kellogg’s ne manque bien sûr pas de souligner que « prendre des céréales au petit déjeuner permet d’accroître la consommation de laitages qui sont source de calcium et de phosphore. (…) Les céréales Kellogg’s contribuent ainsi à l’entretien de votre capital osseux. » Bien joué, sauf que précisément accroître la consommation de laitages n’a aucun effet sur la santé de l’os et peut présenter des risques pour la santé.

 

(1) Schulze MB, Liu S, Rimm EB, Manson JE, Willett WC, Hu FB. Glycemic index, glycemic load, and dietary fiber intake and incidence of type 2 diabetes in younger and middle-aged women. Am J Clin Nutr. 2004 Aug;80(2):348-56.

(2)   Cook JD, Skikne BS, Lynch SR, Reusser ME: Estimates of iron sufficiency in the US population. Blood 68: 726–731, 1986

(3)   Whittaker P, Tufaro PR, Rader JI. Iron and folate in fortified cereals. J Am Coll Nutr. 2001 Jun;20(3):247-54.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

opinion juive magazine

LE MEDIA JUIF INDEPENDANT

UNICONSOCACHERE

UNION DES CONSOMMATEURS CACHER DE FRANCE

Theme Showcase

Find the perfect theme for your blog.

Fig Jam and Lime Cordial

Living well in the urban village

Putney Farm

Get some good food. Cook it. Share with friends. Have a cocktail.

%d blogueurs aiment cette page :