Le sans gluten est-il une mode ?


GLUTEN

On lit et on entend souvent dans les médias que le régime sans gluten est une mode, qu’il n’est nécessaire qu’à 1% de la population, celle qui souffre de maladie céliaque. La maladie céliaque est une maladie auto-immune, une intolérance grave à cette protéine du blé, du seigle, de l’orge. Les personnes concernées, dont le nombre ne cesse d’augmenter, doivent impérativement éviter d’être en contact avec du gluten. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir un problème avec le gluten. Sont aussi concernées les personnes souffrant d’allergie au blé, et surtout celles qui ont une sensibilité au gluten. La sensibilité au gluten est un trouble identifié récemment. Contrairement à la maladie céliaque, elle ne résulte pas d’une auto-immunité mais d’un processus inflammatoire déclenché par le gluten ou d’autres composés des céréales. Elle se manifeste par des symptômes intestinaux (douleurs, diarrhée…) et extra-intestinaux très variés (fatigue, maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, brouillard mental, problèmes de peau, dépression, anxiété, anémie…). Ces symptômes disparaissent lorsqu’on arrête de manger des aliments à gluten et réapparaissent lorsqu’on réintroduit le gluten. Il n’y a pas de test diagnostique pour la sensibilité au gluten. Le seul moyen de savoir si on est sensible consiste à éliminer quelque temps le gluten de son alimentation et voir si sa santé est améliorée. On estime que 5 à 10% des personnes ont une sensibilité au gluten ou aux aliments à gluten. Et ce n’est pas tout : une bonne partie des personnes souffrant decôlon irritable, soit 15% de la population, pourraient aussi bénéficier d’un régime sans gluten selon des études récentes. Enfin, une grande partie des personnes souffrant demaladies auto-immunes autres que la maladie céliaque (thyroïdite de Hashimoto, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques) et de maladies proches (comme le psoriasis), soit 10 à 15% de la population pourraient bénéficier d’une éviction du gluten (et des produits laitiers) selon les principes du régime du Dr Jean Seignalet. On comprend donc que pour une bonne partie de la population, peut-être 20 ou 30%, le sans gluten n’est pas une « mode » mais un moyen de recouvrer la santé. Certes, cela signifie aussi que la majeure partie de la population peut consommer des céréales à gluten sans éprouver de symptômes (même si on a montré récemment que le gluten favorise la porosité intestinale chez tout le monde).

Que faire si on ne peut pas manger de gluten ?

Manger sans gluten comporte un piège. L’industrie agroalimentaire commercialise en magasins diététiques et maintenant en supermarchés de nombreux produits adaptés. Ces aliments sont confectionnés le plus souvent avec de la farine de riz ou de maïs en lieu et place du blé : spaghetti à la farine de maïs, galettes de riz soufflé, baguette de pain à base d’amidon de maïs, crackers de riz… Parfois on trouve également de la fécule de pomme de terre. Ces alternatives sont-elles toutes bonnes pour la santé et la ligne ? « La réponse est non car tous ces ingrédients ont des index glycémiques élevés : ils peuvent conduire à la prise de poids, voire au diabète parce qu’ils bousculent les mécanismes de régulation du sucre sanguin« , explique Christine Calvet, auteure de À table sans gluten et sans lait !, un livre de recettes à index glycémique bas. Les études montrent que les aliments industriels sans gluten sont riches en graisses, pauvres en protéines, ont des teneurs en fibres très variables, et surtout sont très riches en glucides. Ces glucides sont représentés par de l’amidon digéré très rapidement. En plus, les graisses sont souvent déséquilibrées en faveur des acides gras polyinsaturés oméga-6, qui sont pro-inflammatoires. Nous avons de notre côté, pour l’édition prochaine du Bon choix au supermarché, regardé de près la composition de ces aliments industriels. En plus d’une charge glycémique élevée, beaucoup de ces aliments sont bourrés de sucre ou de sirop d’agave. On trouve aussi toute une panoplie d’additifs appétissants comme les phosphates. Plusieurs de ces produits peuvent conduire au surpoids, via une résistance à l’insuline et à la leptine, d’autant que du fait de l’absence de gluten dans l’intestin, ce dernier assimile mieux glucides, graisses, protéines et leur énergie. La solution ? Cuisiner chez soi avec des ingrédients qui n’élèvent pas exagérément la glycémie, comme le riz basmati, les farines de légumes secs, le soja, l’amarante, le quinoa, les oléagineux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Wine Musings Blog

Musings and comments on the world of Kosher wine

opinion juive magazine

LE MEDIA JUIF INDEPENDANT

UNICONSOCACHERE

UNION DES CONSOMMATEURS CACHER DE FRANCE

Theme Showcase

Find the perfect theme for your blog.

Fig Jam and Lime Cordial

Living well in the urban village

Putney Farm

Get some good food. Cook it. Share with friends. Have a cocktail.

%d blogueurs aiment cette page :